L’adhésion
Tout savoir pour
au Biscani-Club
 

 

L’éducation
Formations

EDUCATION : LE BON EQUIPEMENT

 
Le bon équipement pour bien éduquer son chien :
 

Quel est l’équipement nécessaire pour l’éducation canine ? Comme toute pratique, elle nécessite un « outillage » adapté, le bon outil faisant – là aussi – le bon ouvrier. Nous distinguerons l’équipement du chien qui participe directement à son éducation, et les outils du maître.

 

L’EQUIPEMENT DU CHIEN :

 

Le collier :

 
Il existe une grande variété de colliers. Certains modèles sont plus adaptés à la présentation en concours de beauté en raison de leur discrétion qui met en valeur les lignes du chien, d’autres sont plus commodes pour le quotidien car ils permettent d’y fixer un moyen d’identifier le chien, d’autres répondent mieux aux goûts esthétiques du maître. Pour chacune de ces options, le maître pourra choisir celui qui lui paraît le plus indiqué.
 
Pour ce qui concerne l’éducation, forts de notre expérience, nous exclurons le harnais, qui favorise  la traction (c’est dailleurs lui qui est utilisé pour les activités d’attelage), y compris pour les chiens dont la fragilité semble recommander cet équipement. Le licol est préconisé par certains modernistes mais il est peu adapté à la bonne tenue du chien au pied.
 
Nous exclurons tout autant le collier à pointes (utilisé souvent par les maîtres de chiens récalcitrants pour les dissuader de leur arracher un bras).
 
Plutôt que celle du collier fixe souple ou rigide, nous recommandons pour l’éducation l’utilisation du collier autoserrant appelé à tort « collier étrangleur », que nous préférons appeler « collier de travail« , pour les raisons suivantes :
 

Sans réglage initial, ce collier est toujours adapté à l’encolure du chien qui ne peut pas s’en défaire s’il tente de s’échapper, (ce qui n’est pas le cas du collier fixe dont le chien adroit peut se débarrasser par des contorsions s’il n’est pas suffisamment serré)  alors qu’il se desserre facilement quand on veut le retirer, ce qui en fait le plus pratique pour l’exercice.

Contrairement à ce que d’aucuns avancent, il ne fait pas souffrir l’animal car, dans notre méthode d’apprentissage, il n’est pas utilisé pour le brutaliser. Si d’aventure le chien tire sur sa laisse, il ressent un « inconfort » (qu’il a lui-même provoqué et qu’il doit apprendre à gérer,  proportionnel à sa traction et non pas à la mauvaise humeur de son maître … ) tout à fait équivalent à celui que lui ferait ressentir une traction sur un collier fixe.

Mais il est potentiellement moins traumatisant pour le chien qu’un collier fixe car, lorsqu’il serre le cou sous l’effet de la traction régulière et continue du chien, la pression est répartie sur tout le périmètre de l’encolure, sans écraser le larynx comme le fait un collier fixe au moment d’une traction. Pour sa mise en place correcte, la laisse est en outre attachée à la hampe du collier (partie libre qui dépasse quand il enserre le cou) qui passe sur le dessus de l’encolure et non pas dessous, ce qui fait peser les efforts éventuels de traction non pas sur le larynx mais sur le dessus – musclé – de l’encolure.
 
Il existe différents modèles de colliers de travail. Nous recommandons les colliers métalliques ordinaires, indépendants de la laisse, avec une maille très fine pour les très petits chiens, une maille fine pour les moyens, et une grande maille (soudée) pour les moyens et gros. La longueur sera adaptée à la taille de l’encolure. Elle devra laisser une hampe suffisante pour que le collier puisse être facilement retiré sans arracher les oreilles de votre compagnon.
 
La laisse :
 

Nous recommandons pour l’éducation une laisse en nylon (imputrescible, lavable, incassable – sauf pour le mousqueton mais qui peut être remplacé), cylindrique (ce qui permet de la serrer correctement dans la main, alors qu’une laisse plate glisse facilement et brûle la main) d’1 centimètre de diamètre, d’une longueur de 1m à 1m20 (qui permet de laisser au chien une marge de liberté  suffisante pour certains exercices en laisse, sans être encombré par excès).

D’autres modèles existent qui serviront à la promenade en ville avec un chien obéissant (laisse courte, voire laisse-collier), à la promenade hygiénique (laisse téléscopique … sauf pour les chiens puissants capables d’entraîner leurs maîtres …),etc.
 
La muselière :
 

Obligatoire pour les chiens catégorisés, elle est recommandée pour l’entraînement de tous les chiens, tous potentiellement mordeurs dans certaines situations qu’il vaudrait mieux pouvoir prévenir (chiens souffrants ou devenus agressifs) par un apprentissage en douceur et précoce de la muselière.

Il est utile de détenir une muselière légère en toile à laquelle le chien aura été habitué très jeune, et qui restera stockée avec le collier et la laisse pour en faire un équipement familier auquel le chien continuera à être entraîné régulièrement pour ne pas perdre ce savoir-faire.
 
Les jouets :
 

Deux ou trois jouets laissés à disposition du chien dans ses lieux de stationnement habituels seront utiles pour qu’il ne se sente pas trop seul, pour qu’il puisse se distraire – seul – par le jeu ou en les machônnant (dans ce dernier cas, éviter les jouets qui ressemblent à des objets personnels que vous ne voulez pas voir détruits …).

Les objets pouvant être lancés par le maître, ou qui roulent seuls, voire ceux qui font un peu de bruit, seront très utilisés.

 

LES OUTILS DU MAITRE :
 
Les « friandises » :
 

L’alimentation est un réflexe profondément ancré qui procède de l’instinct de survie. Récompenser son chien par de la nourriture sera donc extrêmement facile pour lui apprendre les exercices du programme d’éducation. La récompense renforcera son envie de reproduire l’action qui lui a fait obtenir cette récompense.

Il faut choisir des « friandises » pas trop caloriques, voire en déduire la valeur nutritive de la ration quotidienne, pour qu’elle ne nuisent pas à la longue à la santé du chien.  Elles ne doivent pas être trop volumineuses, ni trop  coûteuses pour être transportées en permanence et distribuées très fréquemment.

Il faut en permanence détenir des friandises dès lors qu’on demande quelque chose au chien, de façon à pouvoir récompenser une bonne réaction. Les friandises doivent toujours être à portée de main.
 
L’objet de motivation :
 

Cet objet ne doit pas être confondu avec un jouet du chien (ni lui ressembler si possible) : c’est un outil appartenant au maître qu’il faut essayer de conserver toute la vie du chien.

Cet objet doit être robuste, peu encombrant, facile à lancer, à nettoyer, à identifier. Une balle de tennis fait parfaitement l’affaire.

 

On apprend au chien à convoiter cet objet par des exercices très spécifiques de façon à conditionner le chien sur son objet de motivation. A sa vue, il ne doit avoir qu’une idée (devenue une obsession ) : le récupérer pour avoir l’occasion de la rapporter au maître et gagner ainsi une récompense et le droit à un nouveau lancer qui …. etc, etc. Combiné à la distribution de nourriture qui vient le récompenser, ce jeu avec l’objet de motivation est en lui-même une récompense : il doit être enseigné au plus tôt et être entretenu toute la vie du chien.

Il faut donc en permanence avoir l’objet de motivation à portée de main pendant les exercices et les sorties.
 
Une sacoche :
 

La récompense doit être délivrée aussitôt après la bonne exécution et doit donc être à portée de main pendant tout l’exercice. Une sacoche (type « banane ») portée à la ceinture sur le côté droit (opposé au chien au pied) sera très utile pour transporter en permanence une bonne provision de « friandises » pendant les exercices.

La même sacoche pourra recevoir aussi l’objet de motivation, voire d’autres accessoires (sifflet, clicker).

Pour ne jamais oublier les outils essentiels de l’éducation canine,  on stockera la sacoche au même « clou » que le collier et la laisse.
 
Un sifflet :
 

Si votre voix ne porte pas loin, un sifflet pourrait vous être utile pour rappeler votre chien. Pour cela vous habituerez votre chien à entendre, quand vous le rappelez, toujours le même coup de sifflet aussitôt après l’ordre « Au pied ! « .

Vous choisirez un sifflet 2 tons comme on en trouve dans les magasins d’articles de chasse. Prenez- le avec vous chaque fois que vous vous occupez de votre chien.
 
Une longe :
 

Une longe est une laisse de grande longueur (non rétractable). Elle vous sera utile pour les exercices qui nécessitent de laisser le chien s’éloigner de vous tout en en conservant le contrôle. La bonne longueur est de 8 à 10 m.

 

 

Voilà l’équipement de base nécessaire à l’éducation de votre chien. Lorsque vous venez au Club pour une séance de travail, n’oubliez surtout pas votre sacoche contenant les friandises et l’objet de motivation !

 

 

 

 

Nos partenaires

chiensonline Chien .com : Le Monde Francophone du Chien site de chien proplanlogo Infos et Actualités Canines

Référencé par la ville de Biscarrosse sur le guide des Landes.